samedi 6 août 2016

Plein feux sur le Spray Solaire SPF 30 Alga Maris

Hello les Bridget !

En été, dès que l’on est à l’extérieur, il faut penser protection. Que l’on soit brune, blonde ou rousse, la crème solaire est indispensable pour protéger notre capital santé et éviter des lésions sévères sur notre épiderme. Bien sûr, les peaux mates ne prendront pas un même indice de protection qu’une peau très claire voire laiteuse (et bien sûr, je fais partie de celles-là !). Malheureusement, la crème solaire fait partie de ces produits qui font parler à deux titres : tout d’abord, les nanoparticules que certaines formules contiennent et qui traversent la barrière cutanée sont problématiques ; ensuite, et on y pense moins, la pollution que ces crèmes provoquent dans les nappes phréatiques (pour les piscines) et les océans. Bien sûr, on ne peut être parfait sur tous les plans, et il ne s’agit de culpabiliser personne. Mais quand on découvre des petites pépites qui tiennent compte de ces deux problématiques, il faut les faire partager !


Alga Maris, des Laboratoires de BIARRITZ

Entreprise française et familiale fondée en 2011, les Laboratoires de BIARRITZ se spécialisent dans les protections solaires avec deux objectifs : respect de notre santé et respect de l’environnement. Il s’agit donc de proposer au public des produits innovants et performants, sans concession sur la protection et sur leur impact sur la nature. Je serais incapable de vous dire si les formulations sont plus respectueuses de l’écosystème (la marque pourra peut-être me répondre à ce sujet). L’un des ingrédients phare utilisé est l’extrait d’algue rouge du pays basque, une algue répandue qui offre des propriétés anti-oxydantes. La gamme Alga Maris se compose d’une douzaine de produits, destinés aux adultes, aux enfants, des crèmes solaires, des sticks, des après-soleil… Il y a donc de quoi trouver son bonheur ! La marque a également étendu son offre en proposant une nouvelle gamme depuis 2013 : Meteologic, des cosmétiques bio pour prendre soin de sa peau au quotidien.


Spray solaire SPF 30 Alga Maris : crash test

J’ai une peau particulièrement claire, qui ne supporte malheureusement aucune exposition de plus de dix minutes au soleil sans être brûlée. Je ne peux donc faire aucunement l’économie de la crème solaire, au risque de virer homard plongé dans l’eau bouillante. D’ailleurs, j’ai toutes les peines du monde à bronzer… Une haute protection m’est ainsi indispensable. D’ordinaire, j’achète des crèmes solaires aux indices les plus élevés (donc SPF 50) mais j’ai lu récemment (dans le magazine 60 Millions de Consommateurs me semble-t-il – je vous confirmerai l’info) qu’il n’y a pas de grande différence entre l’indice 50 et 30. J’ai donc acheté le Spray Solaire au SPF 30.

Niveau packaging, c’est le top : je trouve qu’il n’y a rien de plus efficace que le spray pour se tartiner rapidement le corps. Mais il y a spray et spray : il m’est déjà arrivé de me retrouver avec des sprays qui se bouchaient au bout de deux applications, ou qui propulsent carrément des giclées (hum 😜) parfois violentes et peu agréables. Point le cas ici : le spray diffuse le produit en une sorte de brume qui se dépose sur une grande surface de peau. Le flacon souple offre une prise en main facile. Un premier bon point ! Pensez cela dit à bien agiter le flacon avant emploi.

Niveau galénique, je suis également conquise : la crème est facile à étaler et à faire pénétrer, et ne laisse pas de dépôt blanc sur la peau. Elle offre un toucher sec et est waterproof (mais il faut malgré tout se tartiner toutes les 02H00, quelle que soit la crème solaire utilisée). D’ailleurs, il sent très bon la coco !


Une diffusion fine

Pénétration impeccable !
Niveau composition, la formule est à 99.99% composée d’ingrédients d’origine naturelle, dont 30% issus de l’agriculture bio. La crème Alga Maris est d’ailleurs certifiée bio. La protection est assurée grâce à la présence de filtres minéraux (qui ne se présentent pas sous la forme de nanoparticules) comme le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc. Comme son nom l’indique, la formule contient également des extraits d’algues aux propriétés anti-oxydantes. Je reviens tout de même sur la présence du dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc qui font partie des ingrédients controversés ; ils sont pointés du doigt dans leur forme nano-particulaire, car ils peuvent alors traverser la barrière cutanée et se retrouver dans nos organes avec un effet cancérigène (le site UFC Que Choisir le compare même à l’amiante…). Si vous voulez vérifier la présence de nanoparticules dans un cosmétique, regardez la liste INCI : si vous trouvez ce sigle [nano], c’est qu’il y en a. Normalement, les labels bio ont banni leur usage depuis quelques années.


Formule INCI du Spray Solaire SPF30 Alga Maris
Niveau efficacité enfin, rien à dire : mon épiderme a été parfaitement protégé et je n’ai attrapé aucun coup de soleil ! Je précise qu’on peut l’appliquer sur le visage ET le corps (même si je n’ai jamais été convaincue des marques qui vous vendent deux produits différents pour cela).

Du bon traitement du tube de crème solaire

On termine rarement les flacons de crème solaire, et l’on a tendance à les garder pour l’année suivante. Cela n’est cependant pas recommandé par les instances de santé, pour plusieurs raisons :

- la date de péremption qui est souvent dépassée et ne garantit plus les qualités protectrices de la crème solaire

- le traitement que l’on inflige à nos tubes, exposés en plein soleil (et qui prennent donc un coup de chaud), au sable, tombant parfois dans l’eau, peut altérer la formule.

Cela dit, il faut faire preuve de bon sens ; il me semble possible de la réutiliser en suivant certaines conditions :

- on peut tenter le coup avec un flacon de l’année précédente ; au-delà (flacon ouvert en 2014 pour un usage en 2016), jetez.

- on a pris soin de notre flacon comme du Précieux ; on l’a donc protégé de la chaleur, de l’eau, du sable.

- on teste le produit sur sa main, et on vérifie plusieurs choses : la texture qui ne doit pas être déphasée, la couleur qui ne doit pas être modifiée, l’odeur qui doit rester agréable. Si le produit a tourné d’une quelconque façon : poubelle ! J'avais abordé la question dans mon billet Bridget fait le tri.

- une fois ces trois premiers points validés, vous pouvez faire un test grandeur nature sur une petite partie du corps (pendant une petite promenade à l’extérieur par exemple) en vous exposant à des horaires raisonnables (après 16H00 en règle générale) et pas plus d’une heure. Si vous survivez, en théorie, le produit est encore utilisable.

Néanmoins, au moindre doute, et même si cela vous fait mal au cœur : jetez.

On vous rappelle les règles de prévention
Faut-il l’acheter ?

Le Spray Solaire Alga Maris est une vraie bonne découverte. Agréable à l’application, efficace en tant que protection, il rivalise avec les crèmes solaires des GMS et des parapharmacies. Un poil moins cher que la référence Acorelle dans le domaine bio, il est adopté en ce qui me concerne !


Packaging : 05/05
Efficacité : 05/05
Parfum : 05/05
Prix : 03/05 (plus cher qu'un produit GMS mais raisonnable selon moi)

Où se le procurer : tube spray de 125 ml au prix de 18.95 euros sur le site de la marque (15.95 euros sur mademoiselle bio) et dans vos boutiques spécialisées.

A vous les studios ! Connaissiez-vous la marque Alga Maris ? Qu’utilisez-vous comme protection solaire d’habitude ?  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire