vendredi 30 octobre 2015

Le défi d’un mois : Bridget vs Lady Green

Salut les Bridget !

J’ai profité d’une super méga promo sur internet afin de tester les produits bio d’une marque française, destinés aux peaux à problèmes des adolescents : j’ai nommé Lady Green ! Créée par Virginie Vinet, ex-collaboratrice des laboratoires L’Oréal, elle est destinée avant tout aux jeunes filles en fleur, et à la peau en pleine floraison acnéique ; tout a ainsi été étudié : packaging, textures, parfums… et testé par un panel de 200 jeunes filles. Je vous préviens, j’ai fait le plein !


Le défi : les armes autorisées

Voici les produits que j’ai choisis pour ce défi :
-          La Brume Florale exquise (flacon spray de 150 ml)
-          Le Soin Embellisseur de jour hydratant et matifiant (flacon-pompe de 40 ml)
-          Le Gommage Douce Métamorphose (tube de 75 ml)
-          Le Stylo Gel Sublime Correcteur (stylo de 2 ml)
-          L’éponge Konjac à la menthe poivrée pour peaux mixtes
-          Les feuilles matifiantes Voile de Perfection au thé vert


Avec un tel arsenal, je peux tenir un siège aussi long que la ville de Troie !

Un mois pour affiner le grain de peau et éradiquer les imperfections en douceur

J’ai été conquise par la marque Nourish, testée lors du défi précédent ; j’ai d’ailleurs remis le couvert avec la gamme Balance ! Mais mes pots arrivant à leur fin, c’est l’occasion de tester les produits Lady Green. Autant vous le dire : ce n’est pas le packaging qui m’a attirée ! Trop girly et un poil désuet à mon goût (mais je suis une vieille peau de plus de 30 ans, donc pas la cible de la marque…). En théorie, ils devraient convenir à ma peau mixte (grasse et déshydratée). Ce que j’attends ? Une amélioration visible de mon grain de peau, une disparition remarquable des points noirs et boutons. Mais sans agression pour ma peau ! Car outre le fait qu’elle soit sensible, vous l’aurez sans doute remarqué, nous entrons en période glaciaire. Alors il va me falloir de l’efficacité en douceur !




Je lance donc ce défi aux produits de la marque Lady Green ! Je vous réserve d’ailleurs, à l’issue de ce mois de test, une petite surprise ! Restez connectées !


A vous les studios ! Connaissiez-vous cette marque ? Avez-vous déjà testé leurs produits ?  

mardi 27 octobre 2015

LC-Bio gomme ma peau (à la cerise !)

Hola les Bridget !

Une fois par semaine, j’accorde à ma peau d’adolescente attardée les soins qu’elle mérite : un masque, mais avant toute chose, un bon gommage. Mais l’exercice est délicat, car il faut éviter l’effet rebond, à savoir qu’un gommage trop prononcé peut agresser la peau et entraîner une surproduction de sébum… Je vous avais déjà parlé, notamment, du gommage chimique Sampar, que j’aime beaucoup. A l’occasion d’une Boîte à Beauté tournée exclusivement sur le bio, j’ai reçu le produit d’une marque totalement inconnue au bataillon : LC-Bio. Elle propose tout le nécessaire pour un layering à la japonaise (démaquillant, tonique, différentes crèmes de jour et de nuit, contour des yeux) et des soins hydratants pour le corps. Il semblerait que la marque LC-Bio soit affiliée aux laboratoires SERP.


Mais il est bien court, le temps des cerises...

Un petit point sur le packaging que je trouve… fade. Certains diront neutre, avec un code couleur très sobre (sommaire pour ma part) : blanc, rouge et gris. Une paire de cerises esquissée et pas de fioritures. Je dois aimer les paquets plus baroques j’imagine ! M’enfin l’habit ne fait pas le moine, et le plus important, c’est ce que contient le flacon. Avec un gommage à la cerise, je m’attends à l’ouverture du tube à une explosion de fruits dans mes narines. Là aussi, déception. La présence de la cerise (en termes de fragrance) n’est vraiment pas évidente du tout ; d’ailleurs, le parfum lui-même du produit est peu présent. C’est fade quoi… Cela fait deux mauvais a priori dès le départ !

La galénique se présente sous la forme d’une crème un peu épaisse dans laquelle se battent en duel, il faut bien le dire, quelques malheureux morceaux de noyaux de cerise broyés. Bon bon bon. Cela change des gommages mécaniques auxquels j’ai l’habitude, qui sont davantage généreux de ce côté-ci. Alors je me suis dit que c’était peut-être là le pari de la marque : proposer un gommage moins riche en grains, mais du coup plus doux pour la peau. A l’usage, on sent effectivement peu les grains travailler sur la peau ; même si j’ai bien conscience que frotter avec force ne sert à rien voire même aggrave mon cas, je me demande si le produit sera suffisamment performant pour éliminer les cellules mortes et déloger les impuretés… Le rinçage se fait aisément, et ma peau, finalement, est bien débarrassée des impuretés. Ouf ! Le pari douceur est gagné, je ne me retrouve pas avec des plaques rouges partout sur le minois.

Quant à la composition, enfin, elle est parfaitement honnête : de l’eau, de l’huile de macadamia et de bourrache, du beurre de cacao, de la glycérine (hydratante), de la silice (matifiante) etc. Le tout labellisé Cosmebio.

Faut-il l’acheter ?

Je suis très partagée sur ce produit : il offre un bon résultat concernant le gommage et le respect de l’épiderme, mais son parfum, son packaging et son prix ne m'emballent pas franchement…

Packaging : 03/05
Efficacité : 04/05
Parfum : 02/05
Prix : 02/05

Où se la procurer : au prix de 28.95 euros les 50 ml sur le site du laboratoire.

A vous les studios ! Pour celles qui ont reçu ce gommage, qu’en avez-vous pensé ? Etes-vous aussi sensibles que moi au visuel et à la fragrance d’un produit cosmétique ?


jeudi 8 octobre 2015

Lily Lolo, le maquillage qu’il me faut

Hola les Bridget !

Je vous avais parlé, dès les débuts du blog, de la marque de maquillage britannique Lily Lolo, basée sur le naturel et les minéraux (mais qui n’est pas certifiée bio). J’ai complètement craqué pour ses fonds de teint, dont les bienfaits sur les peaux grasses ne sont plus à prouver. N’hésitez pas à faire un tour sur le billet Lily Lolo, je me jette à l’eau ? pour refaire le point sur les nombreuses qualités du maquillage minéral.


J’ai passé une commande !

Arrivant sur la fin de mon fond de teint poudre libre « Barely Buff », j’ai donc passé une nouvelle commande afin de découvrir d’autres nuances à appliquer un peu partout sur ma trogne. Voilà une bonne occasion de tester, notamment, les rouges à lèvres de la marque. Résultat : un échantillon (0.75 g) du fond de teint minéral teinte « Warm Peach », un échantillon (0.75 g) de la poudre de finition « Flawless Matte », les fards à paupières minéraux « Vanilla Shimmer » et « Gold Digger », ainsi que le rouge à lèvre « Romantic Rose ». De quoi s’amuser quelques temps !


Les poudres minérales : le Bien de l’épiderme

Qu’est-ce que je les aime, ces poudres minérales ! Elles floutent les imperfections (comprenez les points noirs et les pores dilatés), apportent du velouté à la peau et la traitent grâce notamment à leur apport en zinc. Pas d’irritations ni de risque d’allergies avec elles. J’ai testé la teinte « Warm Peach », un pêche qui réchauffe les peaux pâles comme la mienne. Tout comme « Barely Buff », le résultat est naturel et lumineux. Bien sûr, si vous êtes victimes d’une attaque de boutons armés, il vous faudra recourir à des artifices supplémentaires pour les masquer. Le teint tient bien une bonne partie de la journée sans retouches.




La poudre de finition « Flawless Matte » est toute blanche, et me fait penser à de la fécule de maïs ! Il faut avoir la main très légère avec ce produit lors de l’application, au risque de se retrouver avec un masque blafard sur le visage… Cette poudre renforce la tenue du fond de teint et matifie la zone T. Elle n’est pas indispensable, à moins que vous n’ayez une peau vraiment grasse. En ce qui me concerne, je la trouve efficace.

Flawless Matte à g, et Warm Peach à dr.

Les fards à paupière « Vanilla Shimmer » et « Gold Digger »


Et c’est là où tu te dis que vraiment, la résolution de ton écran d’ordinateur est pourrie. J’ai été, comment dire, très surprise en découvrant les coloris de ces fards qui n’ont rien à voir avec toutes les images que j’avais pu regarder sur la toile… « Vanilla Shimmer » apparaissait comme un beige aux accents rosés… je dirais qu’il s’agit plutôt de l’inverse, à savoir un rose aux accents beiges… Ce qui n’est pas du tout la même chose ! Il est cependant très joli et se fond avec douceur sur ma paupière, apportant un éclat discret à mon regard.


Quant à « Gold Digger », il n’a résolument rien à voir avec ce que je pensais. Je m’attendais à un or rose très brillant, très chaud… et il s’agit en réalité d’un doré assez froid, métallique, avec des reflets verts et roses. Il est joli mais convient selon moi plutôt pour un maquillage du soir. A superposer je pense sur un fard mat plus foncé pour atténuer le coloris jaune et mettre en valeur les reflets.


Ces deux fards à paupières bénéficient tous deux d’une bonne tenue, sans être pour autant excellente ; l’emploi d’une base peut s’avérer utile !

Gold Digger en haut, Vanilla Shimmer en bas

At last, but not at least : le rouge à lèvres « Romantic Rose » !




Un petit coup de cœur pour ce rouge à lèvres crémeux et à la couleur flatteuse pour mon teint. Une sorte de rose un peu rouge avec un voile doré très pâle qui le rend lumineux. L’application est aisée de par sa texture, mais la tenue, de par sa texture, n’est pas si longue que cela… Il faudra faire un raccord dans la journée, notamment après le déjeuner (mais cela est finalement valable pour la majorité des rouges à lèvres du commerce). Mes lèvres sont douces et bien hydratées, grâce à la présence d’huile de jojoba et de vitamine E. Un joli must have dans ma trousse beauté ! 13 teintes, dont 3 toutes nouvelles, n'attendent que votre bouche.



Lily Lolo, le maquillage qu’il me faut

Voilà pour cette revue, les Bridget ! Je suis toujours autant fan et convaincue par les produits de cette marque, même s’il est préférable d’acheter son maquillage en magasin afin d’avoir un aperçu fidèle des couleurs !


Où se les procurer : sur le site mon corner bio, ayanature et univeda. Comptez en moyenne 19.50 euros le fond de teint grand format (10 g) et 3.50 euros l’échantillon (0.75 g) ; 7.50 euros le fard à paupière poudre libre (10 ml) ; 11.80 euros le rouge à lèvres (4 g).


A vous les studios ! Avez-vous déjà testé cette marque ? Est-ce que cela vous tente ? 

lundi 5 octobre 2015

Dr Hauschka prend soin de mes ongles avec son Applicateur au Neem

Hello les Bridget !

Je vous avais présenté il y a un moment le super stylo Nail Regenerator de la marque Talika. Diablement efficace, mais horriblement cher… Alors je me suis mise en quête d’un substitut, et deux marques ont retenu mon attention, dont ce cher Dr Hauschka, qui nous propose un applicateur format stylo à l’huile de neem pour réparer les ongles fragilisés et qui se dédoublent. Peut-il détrôner la baguette magique de Talika ?


Un effaceur pour éradiquer les pelures

Mmmmh je sais : dit comme ça, c’est extrêmement glamour. Mais il n’y a pas d’autres mots pour désigner le mal qui ronge (hi hi) mes ongles : les couches de kératine se décollent et ça pèle. Non seulement c’est peu esthétique, mais à la longue, mes ongles se fragilisent et crient leur désespoir.

Niveau packaging, l’Applicateur au Neem est idéal : il se présente sous la forme d’un gros stylo avec une pointe type « effaceur », comme pour les écoliers. Il suffit juste d’appuyer légèrement la pointe sur l’ongle pour que l’huile se dépose ; je n’ai constaté aucune fuite, que ce soit en position horizontale ou verticale. C’est simple et très pratique. De plus, Dr Hauschka a pensé à tout : des pointes de rechange sont logées à l’extrémité du tube, au cas où on abîmerait celle d’origine (car on peut utiliser le stylo par-dessus le vernis à ongles !). L’ensemble est vraiment pratique !

Niveau composition, l’ingrédient principal n’est pas le neem, reconnue pour ses vertus antibactériennes, antifongiques, insectifuges (on l’utilise pour lutter contre les poux) et émollientes, mais l’huile d'arachide. Le neem arrive à la seconde place sous la forme d’extraits. Puis viennent des extraits végétaux et de l’huile d’abricot. Une composition toute simple, sans fioritures, labellisée BDIH, un label bio allemand reconnu.

Niveau application, c’est rigolo et régressif : on a vraiment l’impression de passer de l’effaceur sur nos ongles, l’odeur qui pue en moins. La quantité d’huile peut sembler légère, aussi je n’hésite pas à effectuer plusieurs passages avant de masser chaque ongle. Le parfum est totalement neutre.


Niveau efficacité, enfin, elle est au rendez-vous : certes le produit ne peut réparer les parties malades (qu’il faut couper au fur-et-à-mesure que l’ongle pousse), mais elle renforce les couches de kératine et évite que les dégâts ne s’étendent. Petit-à-petit, l’ongle devient plus sain.

Je vous renvoie par ailleurs à mon billet dédié à Talika pour trouver ou relire quelques conseils afin de protéger vos ongles au maximum.

Faut-il l’acheter ?

Oui oui et encore oui. Moins cher que le Nail Regenerator de Talika et tout aussi efficace, ce serait dommage de passer à côté. Il y a d’ailleurs une alternative : acheter l’huile au Neem pour ongles du Dr Hauscka. Même formule, mais présentée dans un flacon-pompe en verre. Il n’y a pas le côté pratique du stylo, certes, mais niveau budget, vous vous y retrouverez très très vite.


Packaging : 05/05
Efficacité : 05/05
Prix : 04/05

Où se la procurer : 14.80 euros le stylo de 4 ml et 26.35 euros le flacon-pompe de 30 ml sur le site de mademoiselle bio ainsi que dans vos boutiques spécialisées !

A vous les studios ! Connaissiez-vous l’existence de ce stylo ? Quelles sont vos astuces pour soigner vos ongles ?