mardi 28 avril 2015

La mousse nettoyante légère de Melvita

Hallo les Bridget !

J’ai déjà eu l’occasion de vous présenter la marque Melvita avec ce billet sur leur crème fondante haute nutrition, qui a fait des merveilles cet hiver sur ma peau grasse (je continue de l’utiliser en crème de nuit d’ailleurs !). C’est une marque dont j’aime beaucoup l’univers et je me suis laissée tenter par un autre produit : la mousse nettoyante légère. Top pour le nettoyage de ma peau grasse !

Les promesses du produit

« Avec une texture auto-moussante et une formule sans savon, la mousse nettoyante légère élimine les impuretés et le maquillage tout en délicatesse.

L’association de l’ eau florale de rose hydratante et de l’eau florale de fleur d’oranger apaisante apporte confort et douceur à votre peau. Les propriétés de l’extrait de narcisse renforcent l’éclat de la peau et illuminent le teint.
Grâce à sa formule à base d’un pré-biotique naturel aux vertus équilibrantes, l’équilibre de la flore cutanée est maintenu.
La peau est parfaitement nettoyée, rafraîchie, sans sensation de tiraillements. »

Tout un programme donc !

Vérifions la compo !

Commençons par la composition de cette mousse : de l’eau, de la glycérine (hydratante), de l’eau florale de rose, de l’eau de fleur d’oranger, du decyl glucoside (un tensioactif doux à base de sucre, pour faire la mousse), du caprylyl/capryl glucoside (un autre tensioactif doux dérivé du sucre)… Le narcisse apparaît plus loin, en 9ème position, il est donc plus faiblement dosé par rapport au reste (mais c’est le cas en règle générale des actifs). Quant au pré-biotique, je suis bien incapable de vous dire de quel ingrédient il s’agit…  peut-être le sodium levulinate qui a des propriétés anti-microbiennes, mais je ne serai pas formelle.


A mon avis, la composition est satisfaisante, validée par la certification Ecocert et One Voice (pas de test sur les animaux ni d'extrait animal dans le produit). La forte présence des tensioactifs en début de liste s’explique par la forme même du nettoyant : de la mousse onctueuse ! Ce qui peut laisser craindre un certain dessèchement de la peau après le lavage, et donc des tiraillements…

Vérifions les promesses !

Après nettoyage matin et soir depuis plusieurs mois à présent, quel est le verdict ?

-          Une texture auto-moussante et sans savon : je confirme ! Pas de savon dans la formule qui risquerait d’assécher la peau, et une mousse généreuse et onctueuse délivrée par le flacon-pompe à la fois hygiénique et pratique. J’adore !


-          Confort et douceur, sans sensation de tiraillements : la mousse s’étale parfaitement sur la peau du visage et sent particulièrement bon ! C’est une odeur très discrète, à la fois florale et miellée qui embaume mes narines. C’est un véritable plaisir lors du nettoyage ! En revanche, je n’ai pas intérêt à zapper l’étape de l’hydratation car je trouve justement que cette mousse tend à assécher la peau.
-          Nettoyage et éclat du teint : la peau est parfaitement libérée des impuretés donc je valide cette promesse ! Avec l'éponge konjac, c'est encore mieux. 
-          Equilibre de la flore cutanée : très honnêtement, je n’en sais fichtre rien. Je n’ai pas remarqué en tout cas que j’avais plus ou moins d’acné qu’auparavant.

Dans l’ensemble, j’aime beaucoup ce produit qui permet de nettoyer la peau de mon visage sans frotter, développant un parfum très agréable. Le packaging est à la fois joli et pratique, et la durée de vie est longue (plusieurs mois – ce qui pose le problème peut-être de la date de péremption de trois mois, largement dépassée…). Mais je me dis que le flacon-pompe évite à l’air de rentrer en contact avec la formule et donc de développer des bactéries (théorie à vérifier par des personnes plus expertes que moi).

Packaging : 05/05
Efficacité : 05/05
Parfum : 05/05
Prix : 04/05

Où se la procurer : 14.20 euros les 155 ml sur le site de la marque et dans vos magasins spécialisés !

A vous les studios ! Quel type de nettoyant privilégiez-vous pour nettoyer votre visage ?

vendredi 24 avril 2015

Le maquillage Avril : qu’en penser ?

Hello les Bridget !

J’ai déjà eu l’occasion de vous présenter la marque bio Avril au travers de ses vernis à ongles, que j’avais appréciés pour leur bon rapport qualité-prix ! Mais je ne me suis pas arrêtée là, et en bonne aventurière, j’ai voulu tester leur maquillage.  Et vu les prix, j’ai pu varier les plaisirs : blush, fard à paupières, anti-cernes, mascara, brosse cils/sourcils et pinceau… La qualité est-elle au rendez-vous ? Voici mon compte-rendu !


Les yeux

Commençons par le fard à paupières (6 euros) : j’ai jeté mon dévolu sur la teinte « Aurore », un joli beige rosé nacré et lumineux certifié Ecocert ! La couleur est discrète mais donne une bonne mine à mon teint clair ; la pigmentation est satisfaisante de même que la tenue, sans aller dans des performances folles. Je suis très satisfaite de ce petit FAP qui va rester un indispensable de ma trousse à maquillage !



Je vous l'ai dit qu'il était discret ! Mais moi j'aime ! 
Son comparse le mascara longue tenue (7 euros) noir ne m’a, hélas, pas apporté la même satisfaction… Il s’applique certes facilement sur les cils et leur donne un joli volume et une belle longueur, mais au bout de quelques heures à peine, le voilà qui a migré en-dessous de mes cils inférieurs, transformant mon regard de biche en regard… de panda de Chine ! Je suis très étonnée de ce résultat sur moi, étant donné les avis élogieux laissés par les clientes sur le site… Mais malheureusement pour moi, cette migration indésirable est rédhibitoire. Je testerai la prochaine fois la version Waterproof !


La brosse à cils/sourcils (2 euros) enfin est un classique pour moi qui n’aie pas les sourcils très fournis… Le manche en bois permet une prise en main agréable, la brosse remet mes poils en place facilement. Ce genre d’outils est en règle générale assez fragile, notamment au niveau des dents du peigne… Et celui-ci n’échappera pas à la règle ! Aussi faudra-t-il le ranger précautionneusement. Pour le reste, il a tout bon !




Le teint

J’ai choisi pour mon teint clair le blush « Rose nacré » (6 euros), qui offre une pigmentation et une tenue excellente sur mes joues ! Il me donne bonne mine et se travaille très facilement. Ce joli rose tient ses promesses aussi bien que ses concurrents des autres marques.



L’anti-cernes (teinte nude - disponible en trois teintes pour 7 euros) est sans doute le produit que j’ai le moins utilisé, car j’ai encore du mal à l’appliquer correctement, et je n’ai pas fondamentalement de cernes marqués (alléluia ! au moins une chose que je n’ai pas !). Mais il est aussi utile pour masquer les petits boutons. Le format est pratique pour prélever la juste dose de produit (un peu crémeux), cependant il faut veiller à avoir les mains (ou le pinceau) propres, sinon bonjour la prolifération des bactéries ! La couvrance et la tenue sont satisfaisantes ; je valide ! Peut-être un brin foncé pour ma peau, il faut que je le fonde bien pour qu'il passe inaperçu. 




L'anti-cernes que j'ai peu estompé et le blush - vous remarquerez à quel point je suis nulle en photographie. ^^ 
Le pinceau blush (7 euros) est d’ailleurs l’un de mes coups de cœur ! En poils de chèvre très doux, (la légère odeur qu’il dégage vous surprendra un peu au départ) sa forme biseautée dépose sans accroc la matière sur vos joues pour un résultat naturel, même si vous êtes débutante ! Il résiste plutôt bien à son lavage hebdomadaire avec le brush egg, et je ne déplore la perte que d'un seul poil la plupart du temps. Le seul bémol : tout comme le peigne à sourcils, il est fabriqué en Inde… mais la marque ne pourrait probablement pas le proposer à ce prix-là s'il était fabriqué en France.



Alors, faut-il investir dans cette marque ?

Avril se bat plus ou moins sur le terrain d’un mastodonte dans le domaine de la beauté naturelle (Yves Rocher), en proposant des cosmétiques propres et peu onéreux, à la portée de toutes les bourses. Les gammes sont véritablement certifiées bio, contrairement à sa concurrente qui base son marketing sur le végétal avec un peu de pétrochimie dedans (greenwashing, quand tu nous tiens !). Les packagings sont simples et sobres, mais ils ne font pas cheap, et on ne peut pas tout avoir. Avril gagne selon moi à être davantage connue, car les produits proposés offrent un bon rapport qualité-prix, et leur formule est plus saine pour notre peau. Ils sont même généralement moins chers que chez Yves Rocher : alors pourquoi se priver ?

Où se les procurer : sur le site de la marque Avril ! Profitez des promos du mois, il y a plein de petites affaires sympas à faire !  

A vous les studios ! Avez-vous déjà testé le maquillage de cette marque ? Qu’en pensez-vous ?

jeudi 16 avril 2015

Deux crèmes bio pour les mains à prix mini !

Güten Tag les Bridget !

Je vous parle pas mal de cosmétiques bio parce que je suis convaincue que ce sont les meilleurs actuellement pour notre peau, notre santé et notre environnement. Mais souvent, on a l’impression que ces cosmétiques sont tout à fait hors de portée de notre bourse et ce n’est pas faux : qu’il s’agisse de shampoings, de crèmes pour le visage ou de maquillage, ils sont souvent un peu plus cher que les cosmétiques traditionnels que nous achetons au supermarché. Cependant, les marques distributeurs se réveillent et proposent à leur tour leur gamme de cosmétiques certifiés (je parle des vraies certifications, avec un vrai logo Ecocert sur le flacon ! Cliquez ici pour faire connaissance avec le greenwashing). De même, la marque Lavera (dont je vous ai présenté quelques produits sur ce billet) propose toute une gamme nommée « Basis Sensitiv » avec les indispensables de la salle de bains à prix très doux.

Je vous propose donc aujourd’hui deux crèmes bio pour les mains : la crème au beurre de karité et extrait de mandarine de la marque Naïa (Leclerc) et la crème pour les mains à l’amande douce et au beurre de karité de la marque Lavera – Basis Sensitiv.


On compare la composition

D’entrée de jeu, les certifications donnent un indice quant à la qualité de la composition : la crème Naïa est labellisée Ecocert, tandis que la crème Lavera est certifiée Natrue et Vegan, deux labels bio plus exigeants.

Commençons par la crème Naïa. Le packaging indique que 99% du total des ingrédients est d'origine naturelle et que 20% du poids total est issu de l'agriculture biologique. C'est un bon score sur le papier. La liste INCI débute logiquement avec l'eau, puis du germe de blé bio. Ensuite, ça se complique : plein de machins végétaux transformés chimiquement, avec le beurre de karité bio qui arrive en 8ème position et l'extrait de mandarine bio à la dernière place (soit dosé à moins de 1% probablement)...

Concernant la crème Lavera, on trouve bien sûr en haut de la liste l’eau, mais ensuite de l’huile de soja, des alcools gras et du beurre de karité, tous bio, ainsi que des huiles estérisées, moins riches qualitativement puisque transformées. On y trouve également des dérivés de l'huile de palme (comme dans de nombreux cosmétiques bio), ce qui peut poser question quand on sait à quel point sa culture est une abomination pour la planète. 

Néanmoins, la composition de cette crème confirme la qualité des labels Natrue et Vegan. C'est Lavera qui emporte ce round !



Leclerc o Lavera þ

On compare le confort d’application

La crème Leclerc demande un temps de massage (environ une minute) un peu plus long que sa concurrente, qui pénètre mieux dans l’épiderme. Néanmoins, les deux ne laissent pas de sensation grasse sur la peau. Le parfum est plus agréable pour la crème Leclerc (car discret) que celui de la marque Lavera, qui dégage une assez forte odeur d’alcool (les alcools gras qui font partie de sa composition). C’est tout à fait supportable en ce qui me concerne, mais je peux comprendre qu’elle puisse gêner les odorats sensibles.

Naïa à gauche, Lavera à droite

Match nul !

On compare l’efficacité

Le pouvoir hydratant de la crème Lavera est moins important que la crème Leclerc. Je suis obligée d’en remettre plus souvent au cours de la journée, contrairement à sa concurrente qui, sans doute parce qu’elle est un peu plus grasse, protège la peau de mes mains plus longtemps des lavages répétés. Elles sont d’ailleurs plus douces. Je suis assez surprise des opinions que je trouve sur le site www.beaute-test.com qui reprochent à la crème Leclerc de sentir mauvais et de ne pas être assez hydratante. Les goûts et les couleurs… !


Leclerc þ Lavera o

On compare le prix

Comptez 2.65 euros environ les 100 ml pour la marque Naïa et 3.40 euros les 75 ml pour Lavera Basis. Les prix sont vraiment très intéressants et permettent à davantage de bourses d’accéder à des cosmétiques bio qui selon moi, ont un rapport qualité-prix honnête. Leclerc l’emporte, mais le coût de sa concurrente n’est à mon sens pas du tout prohibitif, loin de là !

Leclerc þ Lavera o

Où se les procurer : dans les supermarchés Leclerc et dans vos boutiques bio ou sites internet bio pour Lavera !


A vous les studios ! Pensez-vous toujours que le bio n’est pas à la portée de tout le monde ? Avez-vous des produits cosmétiques bio à petit prix à conseiller aux Bridget ? 

vendredi 10 avril 2015

SOS ongles en détresse : merci Talika !

Hello les Bridget !

Etant donné que mon corps concentre une majeure partie des désagréments qu’un être humain peut rencontrer au cours de sa vie, j’ai décidé de vous parler ongles aujourd’hui. En effet, de temps en temps dans l’année, les coquins décident eux aussi de se manifester en pelant et en cassant. Chouette. Et c’est un problème qui ne disparaît pas tout seul malheureusement. J’ai testé quelques produits pour essayer de les renforcer, mais j’en ai obtenu bien peu de résultats pour une toxicité qui m’a particulièrement dérangée. Alors quand, en surfant sur la toile, j’ai fait connaissance avec la marque Talika, mon horizon ongulaire s’est éclairé !

La baguette magique de Talika !

Talika, une marque pas si confidentielle que ça

J’avoue que jusqu’à ce que mes recherches me mènent au Nail Regenerator, je ne connaissais absolument pas la marque, qui pourtant possède quelques best-sellers dans ses rayons, comme le Lipocils et le Liposourcils (que j’ai testé, il faudra que je vous en parle). La société a été officiellement créée en 1948 et s’est depuis diversifiée : outre les soins pour les yeux, Talika s’occupe également du visage, du décolleté, et de notre corps et ses extrémités.


Il ne s’agit pas d’une marque bio ni naturelle, je le précise. Mais le produit dont je vais vous parler sort du lot et m’a conquise.

Les causes du dédoublement et ses solutions

Nos ongles sont en fait constitués de fines couches de kératine (la même substance que nos cheveux) qui sont poreuses et respirent.

Quand on est fatigué et stressé, on tend à faire des carences en fer, zinc et vitamine B, des nutriments indispensables pour la bonne santé de nos ongles. Aussi, lorsqu’ils sont en manque, se fragilisent-ils et finissent-ils, immanquablement, par peler et casser. Le contact répété avec l’eau (qui soulève les couches de kératine), les vernis et les produits ménagers (souvenez-vous, les ongles sont poreux et absorbent les substances !) aggravent le phénomène…

Alors que faire pour traiter ce problème ? Plusieurs choix s’offrent à vous :
-          acheter un durcisseur en parfumerie ou parapharmacie, mais sachez que la composition est loin d’être clean. Je refuse personnellement d’appliquer ça sur mes ongles…
-          faire une cure de levure de bière en comprimés
-          mettre des gants quand on fait le ménage
-          faire une pause dans les manucures, mais veiller à couper régulièrement l’ongle afin que sa longueur ne le fragilise pas
-          le masser avec de l’huile de ricin (bio, c’est encore mieux)

Il faudrait d’ailleurs que je teste cette dernière option et que je refasse une cure de levure de bière. Mais en attendant, j’utilise un produit incontournable dans ma trousse de manucure : mon Terminator des ongles qui tirent la tronche.

L'arme fatale contre les ongles mous et cassants !

Le Nail Regenerator Serum : une révolution pour mes dix doigts


Mais à quoi sert  ce stylo rigolo ? A délivrer une potion magique qui va restaurer les écailles de nos ongles dédoublés. Les huiles aident à leur cicatrisation, à leur hydratation et à leur renforcement, permettant ainsi à l’ongle de se renforcer afin de ne plus se casser pour un oui ou pour un non. Le soir, dans mon lit, je tourne d’un cran l’extrémité du stylo et j’applique la dose sur mon ongle que je masse par la suite. C’est rapide et magique !

La base du stylo (à gauche) se tourne pour libérer la juste dose d'huile dans le tampon mousse (à droite)

Ce produit a selon moi trois atouts majeurs :

-          sa composition très simple et on ne peut plus naturelle : des huiles végétales de myrrhe, de benjoin et d’encens, et c’est tout. On ne peut cependant dire que le produit est bio puisque les huiles ne sont pas issues de cette agriculture. Mais il est naturel à 100% et c’est un bon point. Cela n’est pas le cas pour les durcisseurs best-sellers, notamment de la marque Hérôme, qui contiennent du formol (hautement cancérigène).

-          son packaging est vraiment très pratique ! Le format stylo est très ingénieux et permet une application aisée et contrôlée du produit sur les ongles ! Je tourne le bout du stylo pour délivrer une dose d’huile qui vient se ficher dans l’embout mousse avec lequel je masse mon ongle. C’est le 3ème stylo que j’utilise et je n’ai constaté aucun problème de fuite quand celui-ci est en position horizontale sur ma table de chevet.

-          son efficacité est réelle et surprenante : au bout d’une semaine d’application, mes ongles sont effectivement renforcés. L’ongle cesse de peler et de rompre à tout va ; attention, il ne comble pas la zone abîmée et affinée, mais il évite à l’ongle de casser sans cesse dès qu’il atteint une certaine longueur. C’est donc une pousse saine et sans accrocs.

Faut-il l’acheter ?

Personnellement, je suis très satisfaite des résultats fournis par ce Terminator musclé. Il est devenu indispensable pour mes ongles lorsque ceux-ci montrent des signes de faiblesse et ont besoin d’un remontant. Ce sérum est naturel et le format stylo est particulièrement pratique lors de l’application.



En revanche, j’évite au maximum de l’acheter au prix initial (32 euros) qui me semble particulièrement chéros et ne justifie pas le coût des huiles végétales ni du packaging. Alors je scrute le site www.venteprivee.com qui propose parfois des ventes et des deals très intéressants, ou bien le site internet www.beauteprivee.fr qui en fait autant. Certains sites de parapharmacie le proposent à des prix plus accessibles, mais n'ayant jamais commandé avec eux, je préfère ne pas vous les citer au cas où il y aurait une arnaque...

Packaging : 05/05
Efficacité : 05/05
Prix : 02/05

Où se la procurer : sur le site de la marque au prix de 32 euros les 1,8 ml... Ou bien sur d’autres sites quand la chance vous permettra de tomber sur des promotions intéressantes !

A vous les studios ! Rencontrez-vous ce problème d’ongles qui se dédoublent ? Connaissiez-vous la marque Talika ?

samedi 4 avril 2015

J’ai testé la coupe vibratoire...

Salut les Bridget !

Hé hé, les curieuses ! J’imagine vos têtes à la lecture du titre de ce billet ! Non non, il ne s’agit pas d’un nouveau jouet intime vibrant. Tout cela a à voir avec la médecine chinoise. Et des vibrations. Mais sans vibromasseur. Et sur vos cheveux. Vous allez voir !

Rémi Portrait, un homme qui vous refait le portrait (hu hu hu)

Outre mon jeu de mots quelque peu oiseux (ce pauvre homme a dû l'entendre longtemps dans la cour de l'école), Rémi Portrait est un artisan du cheveu qui a associé l'étude de la médecine chinoise à sa pratique. Ce sujet l'a tellement intéressé qu'il en a écrit deux livres : Cheveu, parle-moi de moi et Vos cheveux disent tout de vous, en collaboration avec Michel Odoul (fondateur de l'institut français du Shiatsu - qui n'est pas forcément l'institution officielle de cette pratique, attention aux amalgames) pour ces deux ouvrages.

Je ne vous cache pas que pour l'un comme pour l'autre, lorsque je surfe sur leur site internet, j'ai l'impression d'entrer dans une secte. C'est trèèèèèèèèèèèèèèèès bizarre. Heureusement, quand j'ai appelé le salon de coiffure dans lequel je souhaitais tenter l'expérience, la patronne m'a semblé tout à fait saine d'esprit et très agréable. Alors j'ai sauté le pas.

Le déroulement du rituel

En effet, il n'y a pas d'autre mot que celui de "rituel" qui me vient à l'esprit : votre coiffeur suivra un déroulement de 6 étapes pour effectuer votre coupe vibratoire, ce qui pourra prendre à peu près une bonne heure.

Pour simplifier, il y a trois grands principes dans la philosophie de Rémi Portrait :

- les cheveux gardent dans leur fibre une mémoire des traumatismes physiques et psychologiques que nous endurons au cours de notre vie

- le crâne chevelu est parcouru de méridiens, selon les préceptes de la médecine chinoise, qui, s'ils sont stimulés, permettent de soigner certains maux physiques et psychologiques.

- il s'agit donc, au moyen d'un vrai rasoir, de couper le cheveu de bas en haut et non de haut en bas, en tirant légèrement sur la mèche, afin de faire vibrer le bulbe à la racine qui transmettra des infos aux méridiens et ainsi agira sur nos énergies.

Notre corps serait traversé par des méridiens (source image )

Préambule : présentation du concept de coupe énergisante, des méridiens et des cinq saisons et éléments de la médecine chinoise
Etape 1 : le shampoing
Etape 2 : le massage shiatsu 
Etape 3 : la coupe tonifiante
Etape 4 : la coupe apaisante
Étape finale : le brushing

Le préambule a duré un bon quart d'heure, le temps qu'a pris la coiffeuse, très professionnelle (et pas du tout "folle de Dieu") pour m'expliquer tous les principes. Ensuite, elle m'a lavé les cheveux avec un shampoing bio de la marque Marcapar puis a effectué un massage shiatsu d'une bonne dizaine de minutes : stimulant au départ, détente assurée à la fin, j'ai adoré ! Avant de commencer à raser, la professionnelle m'a montré plusieurs cartes aux représentations abstraites et colorées, et d'en choisir une en fonction de mon humeur ; j'ai tiré la bleue, carte de la communication, m'explique-t-elle. Puis arrive la première étape de la coupe, dite "la tonifiante", lors de laquelle la coiffeuse coupe mes cheveux, mèche par mèche, en les tirant vers le haut tout en rasant ; autant vous dire que le bruit que cela engendre est impressionnant, et un peu inquiétant tant on dirait qu'elle arrache tout sur son passage.  On enchaîne ensuite avec la deuxième étape de la coupe, dite "l'apaisante", sur le même principe, mais la technique est moins "agressive" et n'engendre pas les mêmes sensations. Elle a fait les finitions au ciseau puis a conclu par un brushing.

Une technique bénéficiaire pour le corps et l’esprit ?

Honnêtement, je n’ai pas ressenti de choses particulières durant la coupe, sauf une sensation désagréable lors de la coupe tonifiante, comme si l’on me décollait le scalp de la boîte crânienne. Je ne vous cache pas que le bruit du rasoir sur les cheveux est assez impressionnant et que j’ai craint que ma gentille coiffeuse ne m’enlève trop de matière… Ce qui ne fut pas le cas, fort heureusement.

La technique de la coupe au rasoir peut laisser présager des dommages causés au cheveu ; il n’en est rien, dixit ma coiffeuse. Il ne s’agit pas du matériel que l’on trouve traditionnellement dans les salons, puisqu’il coupe le cheveu et ne l’effile pas. Nuance. Il tranche la fibre en biais et c’est là toute la différence : il ne l'abîme pas. 

Le fait de tirer ainsi sur les cheveux (sans vous les arracher, je vous rassure) doit très certainement stimuler la circulation sous la peau (je l’ai bien ressenti au niveau des jambes) et donc apporter un regain d’oxygène et d’apports en tous genres au bulbe. Ce qui n’est que du plus pour ma perruque à moi.

Ce qui a été néanmoins surprenant, c’est le « volume » que j’ai gagné, avant même que la coiffeuse n’effectue le brushing. Mes cheveux étaient plus épais visuellement et au toucher, c’est assez bizarre. 

De plus, ils se sont démêlés très facilement après le shampoing et malgré le massage qui aurait dû, en toute logique et vu ma nature de cheveux, créer des nœuds. Il n’en fut rien. Aucun produit autre que le shampoing n’a été utilisé durant le rendez-vous, c’est vous dire. Est-ce simplement le shampoing qui est génialement efficace ou bien un atout supplémentaire de la médecine chinoise ? Mystère.

Pour conclure

Tout est question de ressenti et de personne : certains penseront que cette technique de coupe est un attrape-nigaud (c’est possible), d’autres, (sensibles à l'acupuncture, au shiatsu, aux techniques traditionnelles chinoises) que c’est tout simplement une idée géniale.

En ce qui me concerne, je n’ai pas senti de bienfait autre que la détente qu’ont pu me procurer le massage shiatsu et la coupe (je suis très sensible au niveau du cuir chevelu). Je reconnais néanmoins avoir eu du mal à me détendre totalement, étant donné que j’étais assez stressée depuis plusieurs jours et que j’ai eu la bonne idée d’arriver en retard au salon de coiffure. Mais dès lors que l’on est assez ouvert d’esprit pour tester des choses un peu différentes, cela peut valoir le coup d’essayer. En tout cas, ma coupe de cheveux n'a récolté que des compliments au travail (on m'a même dit qu'elle me donnait "bonne mine") !

Je pense retenter l’expérience cet automne, lors de la prochaine mue. En attendant, il va falloir économiser, parce que tout professionnel qu'est l'artisan, la coupe vibratoire fera trembler votre portefeuille (75 euros) !

Où tester cette coupe ? sur le site de Rémi Portrait, vous trouverez l'adresse de salons licenciés qui pratiquent la méthode. Malheureusement, vous n'en trouverez pas partout !