mardi 30 décembre 2014

Du bleu pour finir l'année en beauté !

Salut les Bridget !

La fin de l'année approche et avec elle, son fameux repas de réveillon généralement fêté entre amis (ou bien en amoureux, ou bien sous la couette en compagnie de son chat... tant que l'on ne finit pas dévorées par des bergers allemands, tout va bien !). C'est souvent l'occasion de dégainer un maquillage plus sophistiqué et voyant, avec un allié phare pour briller en soirée : la paillette. 

Du bleu sur mes yeux

Ce fut donc également pour moi l'occasion d'acquérir un nouvel invité dans ma trousse de maquillage débordante : la "Colour sphere eyeshadow" couleur "Blue state melange (24) » de Kiko.

Un magnifique bleu glacier rehaussé de délicates paillettes argentées. Parfait pour un maquillage de fête facile à faire sans trop en faire ! 

Cette grosse sphère de fard cuit permet de varier l'intensité du maquillage avec un pinceau mouillé (cela accentue les paillettes). La couleur est facilement modulable et le résultat est vraiment super joli ! 


Le FAP à sec

Le FAP mouillé

Et un petit maquillage de fin d'année, un !

Voici les teintes avec lesquelles je compte me maquiller pour le réveillon de demain :



- le teint : fond de teint coup d'éclat + blush corail 

Blush "Orgasm" de Nars
- les yeux : fard à paupières champagne sur l'arcade + fard à paupières "BSM" de Kiko sur la paupière mobile + fard à paupière blanc dans le coin interne de l'oeil + crayon bleu foncé en haut et en bas + mascara noir

Liner Metallic Agnès b "Bleu reflet nuit" et Crayon contour yeux Sephora "Surfer Babe"
- la bouche : un rouge à lèvres corail.

Rouge in Love "Corail in love" de Lancôme
Le résultat est lumineux et glamour sans tomber dans la vulgarité ! A vous de moduler l'intensité du fard Kiko sur vos yeux en fonction de votre envie. Le bleu et l’orange étant des couleurs complémentaires, elles se mettent l’une et l’autre en valeur. Ce maquillage cependant conviendra mieux aux peaux claires et aux yeux marron.

Voilà les Bridget ! J'en profite pour vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d'année et surtout, une excellente année 2015 à venir, même si vous comptez passer la soirée sous la couette en compagnie de votre chat ! 







lundi 29 décembre 2014

"Layering - Secret de beauté des Japonaises" (technique du mille-feuille part 1)

Konnichiwa les Bridget !

Depuis quelque temps circule sur la blogosphère beauté un mot mystérieux que j'ai eu du mal à comprendre au premier abord : le "layering" que l'on traduit grossièrement par "empilement de couches" ou "mille-feuille". Comme l'idée de mourir idiote ne fait pas partie de mes priorités, je me suis procurée un livre qui allait tout m'apprendre sur le sujet: Layering - Secret de beauté des Japonaises d'Elodie-Joy JAUBERT aux éditions La Plage. 


Un rituel beauté venu d'ailleurs

Le layering est un rituel de beauté ancestral venu d'un pays que j'admire, et que j'ai eu la chance infinie de visiter récemment : le Japon. Un pays où les femmes accordent une importance capitale à la jeunesse et à la beauté, et prennent le temps chaque jour d'entretenir leur peau. Une technique qui ne conviendra pas aux Bridget très pressées car elle consiste en l'application de diverses couches de cosmétiques sur la peau du visage, afin de la soigner en profondeur et d'en révéler l'éclat. Pourtant, je puis vous affirmer que vous en récolterez les lauriers, mais cela sera le sujet d'un autre billet (technique du mille-feuille part 2).

Un véritable "mode d'emploi" du layering

Dans son livre, Elodie Joy-Jaubert nous dessine, pas à pas, le parcours minutieux de la technique du layering à la japonaise. Ainsi, après avoir expliqué dans les grandes lignes le principe, elle consacre plusieurs parties à chacune des sept étapes du mille-feuille :

1°) le démaquillage à l'huile
2°) le nettoyage
3°) la lotion
4°) le sérum
5°) le contour des yeux
6°) la crème de jour ou de nuit
7°) le baume à lèvres

Ne sursautez pas devant le nombre des étapes, je vous assure que cela ne vous prendra pas plus de dix minutes dans votre planning, foi de Bridget. Et pour celles qui rêvent d'une crinière soyeuse comme celle des Japonaises, l'auteur a pensé à expliquer le layering appliqué aux cheveux ! 

Une part belle aux produits naturels

L'avantage du layering, c'est que tout le monde peut y trouver son compte. Qu'il s'agisse des cosmétiques de parfumerie, de supermarché, de parapharmacie ou de boutiques bio, toutes les femmes peuvent s'y essayer. Néanmoins, Elodie Joy-Jaubert met l'accent sur des produits bruts comme les huiles végétales, les hydrolats (= eaux florales)... moins onéreux et plus respectueux de notre peau et de notre environnement. Elle décrypte pour nous leurs effets bénéfiques en fonction de notre type de peau ou de cheveux, afin d'en tirer le meilleur parti. Et ça, Bridget enquête aime !

Des astuces en bonus !

Mais ce n'est pas tout ! Le livre regorge d'astuces empruntées à nos Bridget nippones que l'on peut facilement reproduire à la maison ! Connaissiez-vous par exemple la technique du masque de coton ou celle du massage à sec ? Si la curiosité vous pique, courez vite vous procurer ce guide qui vous en proposera plein d'autres encore, et vous convertira avec bienveillance et pédagogie au layering japonais.

Elodie-Joy JAUBERT, Layering - Secret de beauté des Japonaises,
éditions La Plage, 2013, 9.95 euros.

Où se le procurer : sur le site de la Fnac, Amazon, Mollat, et toutes les librairies de proximité qu'il ne faut pas oublier !


A vous les studios ! Connaissiez-vous cette technique du mille-feuille ? En êtes-vous satisfaites ? 

samedi 27 décembre 2014

Les lingettes lavables des Tendances d’Emma

Hola les Bridget !

Ce matin, je vous propose la présentation d’un accessoire que je n’aurais jamais pensé intégrer à ma routine beauté : la lingette lavable. Pour être honnête, lingette lavable est synonyme, dans mon esprit de trentenaire un peu fofolle, de couche lavable… et ça, ça ne fait pas rêver ! Mais quand j’ai découvert le site «Les Tendances d’Emma », mon avis sur la question a été un peu bouleversé, au point d’expérimenter le produit. Lumière sur :

Emma, une nana qui en a

Emma est une fille bien (vous savez, celles qui œuvrent pour le bien-être de l’humanité et qui peuvent avoir tendance à nous agacer ?). En créant son entreprise, elle s’est lancée dans un vaste projet éthique et écologique : la vente de linge lavable. Le but est simple : remplacer progressivement, autant que faire se peut, les cotons et lingettes. Et elle a mis la barre très haut, Emma :
-        matières naturelles (mélangées parfois à de la viscose ou du polyester) de qualité
-         produits fabriqués en Inde pour les filets et les cotons dans le cadre du commerce équitable
-        boîtes en bois, étiquettes et emballages fabriqués en France
-        produits fabriqués et assemblés par des détenus en France dans un projet de réinsertion sociale ainsi que des personnes en situation de handicap.

Les efforts sont concentrés d’un bout à l’autre de la chaîne de production, afin de minimiser l’impact sur l’environnement et favoriser l’essor économique des partenaires de l’entreprise. Qui peut faire mieux ? Nicolas Hulot ? Mère Theresa ? Moi je dis, chapeau bas à la dame.

Dissection d’un kit de lingettes démaquillantes

Une fois dépassé le sentiment de dégoût premier que peut m’inspirer le côté (couche) lavable de la chose, je me décide à passer commande.

Premier avantage du site : on peut se procurer un « kit Eco test beauté » pour le prix de 5 euros. Celui-ci comprend trois lingettes, chacune dans une matière différente, afin de tester celle qui nous convient le mieux entre l’eucalyptus, le bambou et le coton biface.
En jaune, la matière bambou, en beige, le coton biface
Si le test est concluant et que l’on décide de passer commande pour un kit plus gros, alors les 5 euros seront déduits de la facture. Je trouve cette idée vraiment chouette et incitative ! J’en suis donc passée par là avant d’acheter un « kit Eco belle Bois » de quinze lingettes en coton biface.

Outre les lingettes, il est composé d’une boîte de stockage en bois afin d’y ranger les lingettes propres, et d’un filet dans lequel y placer celles que l’on a utilisées, et que l’on peut directement introduire dans la machine à laver. Tout est parfaitement pensé pour nous simplifier la vie ! J’utilise en moyenne quatre lingettes par jour : deux pour les yeux, avec le côté en molleton doux, une pour démaquiller le visage (avec le côté éponge pour mieux accrocher les impuretés), et une dernière afin d’éponger ma brume de beauté. Franchement, je ne pensais pas arriver à être rigoureuse dans l’utilisation de ce produit, et pourtant : je l’utilise bel et bien quotidiennement. Il m’arrive parfois d’oublier de les mettre à laver et d’utiliser des disques à démaquiller classiques, mais dans l’ensemble, les lingettes sont entrées dans mes mœurs et ont bien réduit ma consommation de coton. Elles sont d’ailleurs compatibles avec le démaquillage à l’huile.




La question du lavage

Elle est selon moi un peu plus délicate. Il est en effet conseillé de laver les lingettes à 40°. Or, cette température ne suffit pas à retirer toutes les taches, notamment celles faites par les mascaras.

Des lingettes usagées. Baaaaaaaaaah...!


Ayant contacté il y a quelque temps la créatrice à ce sujet, celle-ci m’a conseillé de les faire pré-tremper une nuit dans une solution à base d’eau, de bicarbonate de soude, de cristaux de soude et de vinaigre blanc, puis de les laver le lendemain à 60°, en renouvelant l’opération une fois tous les deux mois. En effet, les taches sont estompées le lendemain, mais n’étant pas forcément très bien organisée, je les passe directement en machine à 60° avec mes serviettes de bain toutes les semaines, et elles ressortent plus propres.
Le filet de stockage/lavage : très pratique !
Les écolos très engagé(e)s seront sans doute parcouru(e)s d’un frisson à la vue de la température, mais étant donné que, pour le moment, je ne lave pas mes éponges en-dessous de 60° (mais pas au-dessus non plus), cela ne change rien concernant mon impact sur l’environnement.

Promesses tenues ?

Cela dépend des promesses et des personnes. Le site prétend que le kit remplace l’équivalent de 4500 cotons ; sachant que j’en utilisais en moyenne 24 par semaine, je rentabiliserai mon kit au bout de… trois années et demi. Cela me laisse du temps… De même, l’autre argument avancé est l’économie : en effet, l’estimation s’élève à 180 euros environ. Vous l’aurez compris là aussi, mon ancienne consommation de coton (0.75 euros le sachet de 110 disques, de marque distributeur qui plus est) mettrait des années à atteindre ce score-là. Enfin, je n’utilise pas ces disques avec du dissolvant et de l’alcool à désinfecter, leur préférant le coton jetable de peur de les abîmer.

Les lingettes ont une taille confortable
De mon point de vue, donc, ce ne sont pas ces arguments-là qui m’ont convaincue, mais plutôt l’idée de réduire, à défaut de la faire disparaître totalement, ma consommation de coton dont la culture est très polluante pour la planète. De plus, le réel investissement de l’entreprise et de sa créatrice dans l’emploi de personnes prisonnières ou en situation de handicap, ainsi que la logique écologique poussée à son maximum dans la fabrication, me parlent et me touchent davantage. Pour finir, les lingettes sont parfaitement efficaces pour nettoyer et démaquiller mon visage, même à l’huile, et font désormais partie de ma routine quotidienne. Voilà les raisons qui m’ont poussée à vous parler de ce produit et de cette entreprise pleine d’avenir, je l’espère !

Où se les procurer : vous trouverez tous les kits ainsi que plein d’autres produits pour les cheveux, les bébés et l’hygiène de la maison sur le site Les tendances d'Emma !


A vous les studios ! Avez-vous décidé de modérer votre consommation de coton ? Etes-vous intéressées par ce concept ?

mardi 23 décembre 2014

Lily Lolo, je me jette à l’eau ?

Güten Tag les Bridget ! (oui, je varie les langues pour varier l’accroche ^^)

Dans ma quête de produits cosmétiques et de maquillage plus sûrs pour ma peau et mon organisme, j’ai appris qu’il existait une alternative aux fonds de teint traditionnels : la poudre minérale. Pendant mes recherches et différents tests, j’ai eu l’occasion de me pencher sur une marque que j’ai découverte il y a plusieurs mois : Lily Lolo. Mais que se cache-t-il sous ce nom rigolo ?

Je vous présente : Lily Lolo !


Lily Lolo, c’est une marque britannique née il y a à peu près une décennie dans l’esprit de sa créatrice, Vikky Khan, dans le but de créer une ligne de maquillage éthique et la plus saine possible pour la peau des beauty addicts, autour du minéral. Forte de son succès, la marque a étendu sa gamme (on trouve de tout pour le teint, les yeux, les lèvres, et même des accessoires !) et en a profité pour relooker le packaging de ses produits. Elle nous garantit des produits de qualité, non testés sur les animaux, composés d’ingrédients non chimiques et non nocifs pour notre peau, bien au contraire.

Les bienfaits du maquillage minéral

Le maquillage minéral, ce n’est pas du maquillage bio (comprenez : avec une proportion d’ingrédients provenant de cultures biologiques) ; mais c’est un maquillage basé sur des minéraux extraits de la terre, broyés au maximum et colorés à partir de micas, des colorants naturels et sans danger pour notre peau. On les retrouve ainsi dans les fards à paupières, les poudres, les blushs… Ces minéraux offrent de nombreux bienfaits à notre peau : les sels (minéraux, donc) apaisent les peaux sensibles, le zinc purifie les peaux grasses, et les produits une fois appliqués sur la peau ne provoquent pas de boutons car ils n’obstruent pas les pores. Non seulement, le maquillage minéral n’est pas toxique, mais en outre il soigne notre épiderme.

Le test teint : le mini kit maquillage minéral teint clair

Tant de promesses me font rêver, moi qui aie une peau acnéique d’adolescente attardée à 30 ans, qui présente malgré tout des signes de déshydratation. Parce que je serai toujours une jeune fille en fleur et en bourgeons, et que je le vaux bien. On se console comme on peut…


 Alors je me suis lancée dans l’aventure, et me suis procurée le mini kit maquillage minéral teint clair de la marque Lily Lolo. Dans une boîte en carton sobre et élégante, se cachent trois poudres aux teintes différentes, une poudre de finition « Flawless Silk » et un mini kabuki trop mignon ! Il s’agit de tester tout simplement la texture et les couleurs afin de trouver celle qui correspondra le mieux à notre carnation. Ainsi, les coloris « Barely Buff » (beige orangé), « Blondie » (beige rosé) et « China Doll » (beige jaune) sont présentes dans la boîte, dans de petits godets frappés du logo de la marque.


Premier couac : le prélèvement de la poudre. Etant donné la taille des pots, il n’y a pas de tamis ; on y va donc au petit bonheur la chance pour faire tomber la quantité de poudre dont on a besoin dans le couvercle noir. Deuxième couac : la taille dudit couvercle noir ; il est délicat là aussi de prélever le produit et de tapoter le mini kabuki afin d’enlever le surplus, car tout mini qu’il soit, il n’est pas adapté au couvercle (ou bien l’inverse). Il vaudrait mieux se munir d’une petite coupelle afin d’y déposer le fond de teint minéral. A noter que le kabuki ne perd aucunement ses poils. 

Une fois ces obstacles surmontés, l’application est aisée ; la poudre se fond parfaitement au teint, et évite l’effet masque de nombreux fonds de teint crème. Le résultat est naturel et pourtant, la peau est réellement unifiée et veloutée. Néanmoins, j’émettrai un petit bémol : la couvrance. Celle-ci n’est pas aussi efficace qu’une texture crème, et ne permet pas de dissimuler parfaitement les imperfections, seulement de les flouter. C’est bien dommage, car ma peau se porte mieux quand j’en mets, et je confirme que l’application de ces poudres n’a en aucun cas provoqué une éruption cutanée de boutons malvenus et malveillants. La tenue est excellente, le coton à démaquiller peut en témoigner. Le teint est lumineux et matifié, grâce à la poudre de finition, de manière honorable tout au long de la journée. Concernant les teintes, enfin, ma préférence va au « Barely Buff » qui apporte un véritable coup d’éclat à ma peau, le « China Doll » étant moins adapté à ma carnation (et me donnant un peu une mine de papier mâché).


Alors, vais-je me jeter à l’eau ?

Oui et trois fois oui ! Même si la couvrance n’est pas la meilleure, je compte bien l’utiliser durant les périodes d’accalmie acnéique ; de plus, je craque complètement sur la teinte « Barely Buff » qui me donne réellement bonne mine ; enfin, Lily Lolo joue à fond la carte de la sécurité : leurs produits ne contiennent ni talc, ni nanoparticules, ni parabens, et autres ingrédients irritants ou sujets à controverse. Chacune trouvera d’ailleurs son bonheur, puisqu’il existe une version pour teint « moyen clair » et teint « foncé » ! 


Packaging : 05/05
Pigmentation : 05/05
Couvrance : 03/05
Tenue : 04/05
Prix : 05/05

Où se la procurer : vous trouverez le kit ainsi que plein d’autres produits sur le site de mon corner b au prix de 20 euros, et également chez univeda.

A vous les studios ! Vous appliquez-vous du fond de teint ? Avez-vous déjà testé le fond de teint minéral ? Qu’en pensez-vous ?


N.B : Vous vous demandez sûrement (ou pas, mais c’était devenu pour moi une question existentielle) pourquoi Vikky Khan a donné un tel nom à sa marque. Eh bien, il s’agit de la contraction des prénoms de ses deux sœurs : Lisa et Lorraine ! 

dimanche 21 décembre 2014

Bridget enquête change de tête !

Salut les Bridget !

Enfin, le blog change de tête ! Il a poussé la porte du salon de coiffure Carla Cartagena et a demandé à la graphiste un nouveau "staïle" afin de devenir "magnifaïque". N'écoutant que son courage, Carla s'est retroussé les manches, et a dessiné la bannière, l'avatar et le favicon du blog. Le résultat est très frais je trouve, pas vous ? Une petite main m'a aidée également pour l'habillage, mais celui-ci évoluera sûrement encore un peu, le temps de finaliser les essais, faire les ourlets, les raccords etc. Mais la tête du blog est quand même super sympa et bien dans l'esprit de ce que veut transmettre son auteur (c'est-à-dire moi).

Si le travail de Carla Cartagena vous a plu, allez jeter un oeil sur son site internet, son blog et sa page Facebook ! Vous reconnaîtrez sûrement, si vous vous êtes déjà procuré une box "Ma boîte à beauté", la patte de l'artiste, qui dessine les cartes accompagnant les pochons !

A présent, je retourne à mes articles, en espérant qu'ils soient suffisamment percutants et dans le ton juste pour qu'ils titillent votre curiosité et vous donnent envie de me lire régulièrement ! ;)

A bientôt, je l'espère !

Bridget enquête 

In love avec les rouges à lèvres de Lancôme


Salut les Bridget !

Aujourd’hui, on va parler glamour, on va parler baisers, on va parler rouges à lèvres, et plus précisément de la collection Rouge in Love de la marque Lancôme. Ceux-ci, mis en valeur par la bouche de la magnifique Emma Watson, ont connu un joli succès à leur sortie, mais comme j’ai toujours un train de retard dans la vie, ce n’est que depuis quelques semaines que j’ai eu l’occasion de les tester. Verdict ?

Aaaaaaaah... Emma....
Un packaging au top !

Vous le savez maintenant, contrairement à Musset qui nous disait « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse », l’apparence du contenant du produit n’est pas un détail à négliger selon moi. Dans le cas de ces rouges, le tube est juste… magnifique.

Chromé, orné en son sommet de la rose délicate du grand couturier, souligné par une ligne en pointillés rouges sur le côté, conduisant à la base sur laquelle est gravé le nom de la marque… 




L’urbaine que je suis aime beaucoup. C’est classe sans être clinquant. Le raisin sort très facilement lorsque l’on tourne le tube, et une fois refermé le bouchon tient parfaitement.


Des couleurs sublimes

J’ai été surprise par le choix riche de couleurs proposé par la gamme ; pas moins de 32 couleurs sont proposées actuellement, classées selon trois univers différents : « Jolis matins » pour des teintes tendres et fraîches ; « Boudoir Time », plus affirmées ; et « Tonight is my night », adaptées en soirée (bon… le « Violette coquette » ne me semble adapté pour aucune occasion, mais je suis peut-être un peu délicate).

"Rose des Soupirants" et "Corail in love"
J’ai donc jeté, dans un premier temps, mon dévolu sur un joli rose aux accents rouges, la teinte « Rose des Soupirants ». Question pigmentation : la couleur est magnifique, puissante, et ne s’affadit pas une fois sur mes lèvres. La tenue, quant à elle, est excellente : la promesse est de 06h00, elle est largement tenue. Les huiles se volatilisent et seule demeure l’encre du rouge qui reste bien stable sur la bouche ; si je ne mange pas et ne bois pas, elle tient plusieurs heures sans problème. Bien sûr, elle tend à s’estomper un peu au moment du déjeuner, mais il en reste encore (bon appétit !) pour l’après-midi.


Le seul bémol : il tend à dessécher un peu les lèvres, à cause du principe des huiles volatiles.


Prévoyez donc dix minutes avant d’appliquer un peu de baume à lèvres (mais pas trop, sinon votre rouge risquerait de filer). Ma technique : me tartiner la bouche de Labello avant de me coucher, afin d’avoir les lèvres suffisamment hydratées pour éviter d’avoir à en rajouter au moment du maquillage. Mais dans ce cas, prévoyez de remplir votre quota de bisous avec votre Marc Darcy avant, car il risquerait de ne pas apprécier votre bouche pâteuse et gluante (oui, nous sommes des filles sexy !)…

Alors, faut-il l’acheter ?

Rien ne nous oblige à nous maquiller ni à porter du rouge à lèvres (sauf peut-être certains boulots où on nous demande de refléter une certaine image), mais si vous en cherchez un de qualité, je ne saurais que trop vous conseiller celui-ci. Difficile de ne pas trouver votre bonheur parmi toutes les couleurs proposées ! La tenue et la pigmentation sont vraiment excellentes et il vous suffira d’appliquer en avance un peu de baume à lèvres avant de poser le rouge afin qu’il ne les dessèche pas. Je ne regrette absolument pas mon achat et, après avoir acheté la sublime teinte « Corail in love », je songe même à m’en offrir un troisième quand le moment des soldes sera venu. Cela peut d’ailleurs être un joli cadeau à offrir ou à se faire offrir sous le sapin ! Je vous conseille en revanche de les tester d’abord en parfumerie afin de vérifier le rendu des couleurs, nos écrans d’ordinateur ont toujours tendance à les modifier !

Packaging : 05/05
Pigmentation : 05/05
Tenue : 04/05
Hydratation : 03/05
Prix : 04/05

Où se les procurer : autour de 27 euros sur le site de la marque Lancôme mais également chez Sephora, Marionnaud, sans oublier nos bonnes petites parfumeries de proximité qui n’appartiennent pas forcément à une grande chaîne.


A vous les studios ! Le rouge à lèvres fait-il partie de vos indispensables maquillages ? Avez-vous une marque ou une couleur fétiche ?

vendredi 19 décembre 2014

Ma Boîte à Beauté, la boîte qui me plaît

Salut les Bridget !

Dans la jungle sans frontières des box beauté, achetées, testées, et parfois désapprouvées, je pense avoir trouvé enfin celle qui me correspond, la susnommée Ma Boîte à Beauté.

Quel est le concept des box beauté ?

Les beauty addicts connaissent bien le principe des box qui ont fleuri dans le paysage commercial : Glossybox, My Little Box, Birchbox… L’offre est très large, mais plus ou moins la même : vous vous abonnez pour une période limitée ou non, pour une somme autour de 15 euros par box, et recevez dans une boîte en carton solide et joliment décorée environ cinq produits (cosmétiques et/ou maquillage). C’est l’occasion de découvrir plein de produits et de marques que l’on ne connaît pas, et de profiter des goodies que les sociétés ont glissé dans le colis. Les vidéos de bloggeuses présentant le contenu de leur box abondent, et les entreprises n’hésitent pas à les reprendre à leur compte pour se faire une jolie publicité (gratuite, enfin je pense).

Trois écueils

Mais, mais, mais… Trois choses m’ont dérangée dans ce concept.

Tout d’abord, l’effet de surprise : vous me direz que cela fait partie intégrante des box beauté ! Mais il est arrivé régulièrement que les produits reçus ne m’aient pas particulièrement plu… C’est bien sûr le jeu, car une majorité de clientes apprécient la découverte et cette attente qui permet tous les fantasmes quant au contenu de la future box, ce que je comprends parfaitement.

Ensuite, le format des produits expédiés : sur les cinq produits, seuls un, deux, voire trois sont en format full size, et bien évidemment il s’agit des produits les moins coûteux. Pour les autres, il s’agit au mieux de format voyage (dans une quantité raisonnable pour tester le produit sur plusieurs jours) mais parfois d’échantillons ! Echantillons porteurs d’ailleurs de la mention « Ne peut être vendu »… Il est alors bien normal que je me sente quelque peu flouée.

Enfin, le contenu des box : il m’est arrivé de découvrir, au bout de la quatrième box, des produits que j’avais déjà reçus dans la première… La société aura-t-elle voulu racler les fonds de tiroir et vider ses stocks ?… De plus, les clientes ne reçoivent pas toutes le même contenu dans les boîtes, et il s’avère à chaque fois de qualité inégale : les rares produits de luxe (alors que certaines marques attrapent de nouvelles clientes avec cet argument) passent donc sous le nez de nombreuses acheteuses, qui se retrouvent parfois avec des produits en doublon et/ou inintéressants et/ou pas adaptés à leur type de peau, de cheveux etc. Ce qui a créé, chez moi, beaucoup de frustration.

La différence avec Ma Boîte à Beauté

Après tout cet argumentaire, vous devez vous demander pourquoi je persiste et signe avec Ma Boîte à Beauté. Eh bien, je suis persévérante ! C’est en cherchant une box orientée sur le bio que je suis tombée, un peu par hasard, sur « La Naturelle » proposée par le site internet cet été. Malgré mes expériences malheureuses précédentes, j’ai décidé de lui laisser sa chance, et je ne le regrette pas ! 

Box La Naturelle

Alors, quels sont les atouts de cette boîte beauté ?
        -  tout le monde a, peu ou prou, la même chose ! Seules les teintes de maquillage peuvent changer, ou éventuellement l’action des crèmes (pour les petites jeunes de 20 ans, les petites jeunes de 30 ans…)
        -  les produits (au nombre de sept) sont tous en format full size. Oui, vous avez bien lu. Tous, absolument tous. Certes, le prix de la boîte est plus élevé (32.90 euros), mais la valeur des produits avoisine très souvent les 120 euros.
       -  à présent, Ma Boîte à Beauté met en ligne, sous forme de case magique à gratter, le contenu de la box que l’on souhaite commander ! Ainsi, les curieuses savent à l’avance ce qu’elles vont recevoir, et pourront décider en toute connaissance de cause si elles l’achèteront ou non. Un pari audacieux et courageux, à mon sens, pour une entreprise, qui ne peut surprendre dans le mauvais sens du terme ses clientes en leur envoyant des box au contenu parfois discutable. [edit 14.01/2015 : la société a décidé de stopper l'initiative à cause des fuites sur les réseaux sociaux. Dommage...]
-         -  il n’y a pas d’abonnement, donc pas de prise de tête. J’ose espérer ne pas être la seule à m’être dit par le passé qu’il fallait que je me désabonne de telle offre, en laissant filer le temps et les sous qui allaient avec... Là, on commande à la box. Pas de souci pour les têtes-en-l ’air, la marque a une page Facebook qui ne manquera pas de vous rappeler la sortie des futures boîtes. Notez que le contenu de la box est renouvelé tous les deux mois.

Au total, j’ai été complètement séduite par leur système et leur box « La Naturelle » m’a vraiment bien plu ! Je vous en reparlerai dans un prochain billet, en vous présentant quelques produits déjà testés.
Box L'Ensorceleuse

Où se la procurer : sur le site Ma Boîte à Beauté pour la somme de 32,90 euros la box.


A vous les studios ! Aimez-vous le principe des box beauté traditionnelles et leur effet de surprise ? Avez-vous déjà testé Ma Boîte à Beauté ? 

mardi 16 décembre 2014

Le réconfort du baume Miel aux mille vertus de Sanoflore

Salut les Bridget !

Les Messieurs et Mesdames Météo du monde entier nous le disent et le claironnent depuis plusieurs jours : les températures sont en baisse, en-dessous des normales saisonnières… Bref, l’hiver s’est installé. Avec ses petites contrariétés liées au froid : on se mouche jusqu’à se desquamer le nez, on se lave les mains 1000 fois par jour pour éviter aux virus de nos collègues de bureau d’élire domicile en notre fort intérieur… Et la peau s’assèche, tiraille, rougit. Bref (bis), c’est la galère.


Je découvre la marque Sanoflore

Depuis quelques mois, suite à une certaine prise de conscience, j’ai décidé de me tourner davantage (mais pas totalement encore) vers des produits plus sains pour ma peau, qui présente un nombre incalculable de défauts - la pauvre. J’ai donc écumé pas mal de sites, de blogs, à la recherche d’une marque bio à la fois efficace et glamour. Car oui : l’urbaine que je suis a besoin de rêve et de raffinement. Je suis donc tombée en amour avec la marque Sanoflore, dont j’ai eu l’occasion de tester plusieurs produits.
Sanoflore, c’est d’abord un jardin botanique né dans le Vercors en 1972. Le laboratoire est ensuite créé en 1986 et lancera pour la première fois ses cosmétiques en 2003. A mon grand étonnement, il s’avère que c’est la multinationale L’Oréal qui a racheté la marque en 2006. Depuis, certains produits, devenus cultes, ont intégré le paysage de la cosmétique française : l’Aqua Magnifica et l’Elixir des Reines, entre autres. Des produits bio certifiés Ecocert, mais également des noms de produits évocateurs, des contenants élégants, et des odeurs réconfortantes.

Un produit au packaging luxueux



J’ai jeté ainsi mon dévolu sur le baume Miel aux mille vertus, attirée et influencée que je fus par le packaging du tube (fin et élancé, aux couleurs douces et raffinées), mais aussi par le parfum subtil et délicat de la crème. J’ai le sentiment d’avoir dans les mains un produit de luxe qui va faire des miracles. Ces critères peuvent relever du détail, et pourtant, le visuel et l’odeur des produits jouent un rôle considérable dans l’acte d’achat, et je n’échappe pas à la règle…
Mais qu’en est-il du baume en lui-même ? Le trou du tube permet de doser la quantité nécessaire de crème, car celle-ci étant très riche, il en suffit de peu pour traiter une zone de sécheresse. La pénétration n’est pas immédiate, il faut masser un petit peu, mais rien d’insurmontable. La peau est vraiment soulagée et gagne en confort. J’ai pris l’habitude de l’appliquer au niveau de mon nez (rhume hivernal et mouchages incessants obligent) et à la base de mes doigts, fragilisée par le froid et les lavages à répétition. L’efficacité est réellement au rendez-vous. 


Du miel pour la peau ?

Néanmoins, il ne faut pas être dupe. Comme tout cosmétique, Sanoflore met en avant un actif phare de son produit : le miel de romarin. Or, cet ingrédient censé être le remède miracle n’est présent qu’en très petite quantité dans la liste INCI (= liste des ingrédients), loin derrière la glycérine, en deuxième position, un actif hydratant à moindre coût qui est sûrement celui qui joue le plus son rôle dans ce baume. Comprenez donc que le miel n’a ici qu’un rôle mineur, accompagné par l’huile d’amande douce, le beurre de karité et l’aloe vera. Cela ne signifie pas que le produit ne soit pas efficace, mais que c’est sûrement la glycérine qui joue un rôle majeur concernant le résultat. C’est une pratique courante en cosmétologie pour laquelle nous ne sommes pas toujours informées.

Packaging : 05/05
Efficacité : 04/05
Parfum : 05/05
Prix : 04/05

Où se le procurer : en parapharmacie et sur le net (éventuellement sur le site Mademoiselle bio) pour 13 euros environ.


A vous les studios ! Quelles sont vos astuces contre les gerçures et autres bobos du froid ? Connaissiez-vous la marque Sanoflore ? 

dimanche 14 décembre 2014

La palette Les 4 Ombres de Chanel

Salut les Bridget !

Une fois n’est pas coutume, nous allons aujourd’hui parler maquillage. Et quel maquillage ! Il y a plusieurs mois, j’ai décidé de craquer mon portefeuille pour m’offrir la sommité du luxe en matière de make-up : Chanel. J’ai mis un certain temps à me décider (étant donné le prix, je souhaitais ne pas me tromper dans mon choix) et ai jeté mon dévolu sur « Eclosion », une palette proposant quatre fards cuits et tout ronds aux couleurs d’un lever de soleil.




Le luxe d’une grande marque…

Il faut le dire : la palette est fort jolie. Protégée dans sa pochette en velours (ou imitation) noir toute douce, en plastique noir plutôt robuste frappé du sigle de la marque, elle révèle, en plus des quatre fards à paupières en généreuse quantité, un miroir très pratique et deux applicateurs mousse. A vue d’œil, les couleurs sont vraiment très jolies, ma préférence se portant sur le rose pêche, et rappellent les différentes nuances de l’aube. Un petit guide fourni avec la palette nous propose deux maquillages différents, un de jour, un pour la soirée, afin d’optimiser l’utilisation des fards : une idée excellente ! Ca fait rêver, rien que de penser que mes yeux vont revêtir les coloris d’un ciel embrasé par les premiers rayons de l’astre du jour (oui, je suis poète), rien que de penser que je vais, pour la première fois, porter du Chanel.



… et la déception

Mais chaque rêve a une fin, et la mienne arrive au moment où j’applique les fards sur mes yeux. C’est simple : c’est comme si je ne mettais rien, ou presque, sur mes paupières. La pigmentation est tellement faible, que l’on ne différencie qu’avec peine le rose pêche, du beige aux paillettes dorées et le beige tout simple. 

A la lumière électrique... De gauche à droite : le rose pêche, le clair pailleté, le beige et le prune.
J’ai beau mouiller mon applicateur afin de renforcer les couleurs, rien n’y fait. Quant au prune : la plus grosse déception. Dès que je souhaite l’estomper un peu, il disparaît presque. Je comprends que l’idée de la palette est de jouer sur la subtilité, mais quand celle-ci est à peine perceptible, j’avoue que je n’en vois pas bien l’intérêt… Quant à la tenue : elle n’est ni meilleure ni pire qu’un fard à paupière moyenne gamme du commerce ; une base est donc nécessaire pour mon propre usage.

A la lumière du jour...
Alors, faut-il l’acheter ?

Etant donné le prix de la palette (51 euros environ) et le prestige de la marque, la barre de mon horizon d’attente était au plus haut. Vous l’aurez compris, ma satisfaction est en-deçà… Certes la palette est très belle, mais le résultat, en ce qui me concerne, n’est pas à la hauteur de mes espérances. Certaines bloggeuses ont apprécié ce produit et la discrétion de ses nuances ; de mon point de vue personnel, la frontière entre discrétion et invisibilité est bien mince… Néanmoins, si certaines d’entre vous sont encore indécises, voici une petite vidéo d’une artiste make-up d’exception qui utilise la palette : Lisa Elridge. La vidéo est en anglais, mais vous n’aurez aucun mal à comprendre les images. Cela peut donc être un cadeau à se faire offrir pour Noël si vous êtes charmées par le produit ; en revanche, celles qui préfèrent l’intensité pourront passer leur chemin.

Packaging : 05/05
Pigmentation : 02/05
Tenue : 02/05
Prix : 01/05

Où se le procurer : dans les parfumeries du type Sephora.


A vous les studios ! Avez-vous déjà testé  cette palette ? Etes-vous habituée au maquillage de luxe ?  

mardi 9 décembre 2014

Echec et mat à la brillance, avec le roll-on Instant Mat’, de Naturience

Hello les Bridget !

L’hiver a beau être arrivé, ma peau d’adolescente attardée n’apprécie pas les variations de température et le chauffage en mode « chaleur tropicale » à la maison et au travail. Aussi, envers et contre tout, elle se met à briller en milieu de journée, offrant à mon public un spectacle peu ragoûtant. Il y a la solution des papiers absorbants à glisser dans le sac à main, que je n’ai encore jamais testée… Mais cet été (évidemment, ma peau brille également en cette saison… comme le soleil), alors que je surfais sur la toile à la recherche de nouveaux produits, mon œil fut attiré par un accessoire peu orthodoxe :


Ça.

Une sorte de roulette, genre rouleau à pâtisserie pour le visage. Mais késako ?


Du pouvoir de la pierre volcanique

Il s’agit bien d’une petite roulette à se passer sur le visage, composée d’un manche en plastique rose et d’un cylindre de pierre volcanique. C’est elle, l’atout secret de l’objet : une pierre 100% naturelle qui va absorber à chaque passage l’excédent de sébum, matifier avec aisance et rapidité la peau du visage. Le geste est simple, et cela marche plutôt bien ! L’avantage est que l’on peut également l’utiliser par-dessus notre couche de fond de teint car elle ne retire pas le maquillage : crash test passé avec succès !

Du pouvoir du massage

Le petit plus de ce roll-on, c’est le massage que l’on procure à notre visage lorsqu’on l’utilise : celui-ci permet de relancer la circulation sanguine et d’apporter plus d’éclat à notre peau. Il fallait y penser, non ?



Du pouvoir de l’entretien

Je suis vraiment bluffée par ce petit accessoire – petit est le mot, la pierre fait la taille du bout de mon pouce – que l’on peut glisser dans son sac. Son entretien est également peu fastidieux : un verre d’eau bouillante, un peu de sel, et vous y jetez votre roll-on pendant une demi-heure avant de le laisser sécher à l’air libre dans un endroit sec. Le petit inconvénient sera peut-être pour certaines qu’il faille renouveler l’opération tous les 3-4 usages du rouleau… Mais au pire, le soir, on réserve un peu d’eau bouillante de notre théière et le tour est joué ! La pierre est résistante et vous amortirez rapidement votre achat : pratique, économique et écologique… Que demande le peuple ?



Packaging : 05/05
Concept : 05/05
Efficacité : 05/05
Prix : 05/05

Où se le procurer : sur le site Mon Corner B pour la modique somme de 9,90 euros.

A vous les studios ! Etes-vous concernées par les problèmes de peau qui brille ? Quelles sont vos astuces pour parer à ce souci ? 

lundi 8 décembre 2014

DIY : le masque minute avant-shampoing anti-démangeaisons

Salut les Bridget !

Aujourd’hui, nous allons aborder une recette de masque à effectuer avant le shampoing, afin d’apaiser les cuirs chevelus qui gratouillent et qui pèlent. Un masque rapide à préparer, à l’aide d’ingrédients relativement faciles à trouver.

Commençons par les ingrédients :
-          de l’argile blanche (appelée aussi « kaolin ») 
-          de l’hydrolat de Bleuet
-          de l’huile essentielle de Camomille romaine
-          de l’huile essentielle de Lavande fine




Passons à la tambouille :
Dans un bol, mélangez deux bonnes cuillères à soupe d’argile blanche, puis délayez avec de l’hydrolat jusqu’à obtenir une substance un peu épaisse. A vous de doser afin d’obtenir la bonne consistance, mais je vous conseille de ne pas la rendre trop pâteuse. Enfin, ajoutez une goutte d’huile essentielle de camomille romaine et une autre de lavande. Mélangez à nouveau : c’est prêt !




Ensuite, l’application : assurez-vous d’être cloîtrée chez vous, et n’acceptez d’ouvrir votre porte à personne sous aucun prétexte (pas même le facteur !) car vous allez avoir l’air ridicule pendant un moment. Attachez-vous les cheveux en un chignon pas trop serré afin de ne pas poser le masque sur les pointes (cela risquerait de les assécher). Placez-vous bien au-dessus d’un lavabo, et appliquez le masque avec vos doigts sur vos racines. N’oubliez pas derrière les oreilles et votre nuque ! Pas d’inquiétude, le masque ne devrait pas couler et commencer à sécher sur vos racines au bout de quelques minutes. Laissez-le poser une bonne heure au moins, puis rincez-le à l’eau chaude et faites votre shampoing habituel.

Pourquoi ça marche ? Tous les ingrédients qui composent ce masque ont une action apaisante et anti-irritante. En posant ainsi ce cataplasme sur votre chef (votre tête hein, pas votre patron !), vous lui offrez un soin ciblé naturel qui, loin de l’agresser, va calmer les irritations. Attention cependant à bien respecter les doses pour les huiles essentielles : celles-ci étant très puissantes, il est parfaitement inutile (et cela pourrait même s’avérer dangereux) d’en ajouter plus. Vous pouvez poser ce masque au rythme d’une fois par semaine, pas plus.

Ingrédient
Quantité
Effet produit
Argile blanche
2 cuillères à soupe
Nettoie, adoucit et apaise
Hydrolat de bleuet
A l’oeil
Apaise et régénère
HE de Camomille romaine
1 goutte
Calme/anti-inflammatoire
HE de Lavande fine
1 goutte
Cicatrise/anti-inflammatoire

Les petits plus : évitez de vous racler le cuir chevelu avec votre brosse… surtout si celle-ci est en plastique ou, pire, en poils métalliques… Il vaut mieux investir dans une brosse en poils de sanglier (que l’on nomme « soies », en vérité), plus douce et respectueuse. Vérifiez que votre shampoing ne soit pas à l’origine de vos démangeaisons : certains détergents contenus dans nos produits sont très agressifs et peuvent être la cause de nos irritations. Je ne parle même pas des colorations et permanentes… Evitez également pendant un temps le sèche-cheveux… si c’est trop dur, surtout en hiver, optez pour des serviettes en microfibre qui absorberont un maximum d’eau et séchez-les quelques minutes à la température la plus basse. Enfin, le stress peut provoquer des démangeaisons… on stresse, on se gratte, et les pellicules apparaissent : dans ce cas, prenez soin de vous, chouchoutez-vous, faites-vous plaisir… Pensez à vous !

Où trouver les ingrédients ? En parapharmacies, magasins bio et sur le net.


A vous les studios ! Avez-vous déjà tenté de faire vos masques vous-mêmes ? Etes-vous confrontées régulièrement à ce fléau que sont les pellicules ?